Raoul LARCHE (Saint André de Cubzac 1860-Paris 1912) Plafonnier, vers 1900. Exceptionnel lustre en bron Raoul LARCHE (Saint André de Cubzac 1860-Paris 1912)

Plafonnier, vers 1900. Exceptionnel lustre en bronze à patine doré et albâtre. Décor sculpté en haut-relief de deux jeunes enfants-papillons simulant une danse de part et d'autre du fût suspendant la vasque en albâtre évoquant un nuage. Fonte d'édition ancienne réalisée par la Fonderie Siot-Decauville. Signé "R. Larche" H: 60 cm, D: 55,5 cm Bibliographie: Catalogue des bronzes et objets d'art Siot Decauville (sd) reproduit page 88. Oeuvre en rapport: Lustre, donation Rispal, Musée d'Orsay, Paris, N°INV OAO1500 Si Raoul Larche, reste pour beaucoup d'amateurs d'art, le sculpteur qui sut immortaliser sans le figer le mouvement le plus sensuel de la danseuse Loie Fuller, dans une sculpture lampe (déclinée en trois modèles et dimensions différentes et toutes réalisées par les fonderies Siot-Decauville), c'est entre autre parce que cette sculpture, vibrant hommage de l'Art Nouveau fut largement commercialisée, aussi il est bon de rappeler son oeuvre monumentale issue de commandes d'état, La Musique, la Poésie et l'Orage sur la façade du Grand Palais, à Paris, ou la fontaine aujourd'hui disparue des Champs Elysées, la Seine et ses confluents, firent de lui un des protagonistes incontournable de l'art décoratif de 1900. Sa collaboration avec la maison Siot-Decauville, pour laquelle il imagine un nombre considérable d'objets d'art, de lampe, d'encriers, de vides poches en plus des sculptures prouve sa qualité créatrice et imaginative, et l'on comprend aisément que la toute nouvelle fée électricité l'ai séduite, lui permettant de mettre son art et son talent au pied d'une muse bien moderne. Certains de ses modèles sont baptisés, l'éclair, les blés, l'étoile, la comète, la nuée, Daphné (luminaire sculpture à 17 lampes), autant d'évocations de la lumière. Notre plafonnier bien que dûment répertorié dans le catalogue de la Maison Siot Decauville (p. 88) ne porte pas de nom, alors que les autres modèles sont apparus sur le marché à différentes reprises et comme l'atteste le livre de comptes de la fonderie Siot Decauville furent tirés à plusieurs exemplaires, il semblerait que notre plafonnier, évocation d'enfants papillons rejoignant les cieux avec des visages radieux, alors qu'il s'envolent du doux tumulte des nuages qui soutiennent le globe d'albâtre, ne fut exécuté qu'à DEUX EXEMPLAIRES, probablement commandés pour la décoration d'une villa à Monaco (annotation manuscrite d'un des catalogues Siot), son prix était de 1500 francs pièce et 3000 francs la paire. (Catalogue Siot INHA). Ni dans les commandes de fonte à la fonderie Siot decauville faites par Madame Raoul Larche après le décès de son mari (archives nationale), ni lors de l'exposition rétrospective des oeuvres de Larche et Sudre, 57 rue Chardon Lagache, ni lors de la vente de l'atelier (Atelier Raoul Larche 1860 - 1912, 14 juin 1937, Hôtel Drouot, salle 9, Maître Couturier) n'apparaissent l'un ou l'autre de plafonniers. Le caractère de rareté de notre plafonnier (et de son pendant de la collection Rispal) apparait nettement non seulement par ses dimensions, et son style qui rejoint à bien des égards la mythique figure de la danse de Carpeaux, mais aussi par son historique et sa redécouverte même qui le rend unique.

Accès abonné
Tous les lots de la vente aux encheres
En savoir plus
Le résultat de ce lot