DUMONT D'URVILLE (Jules Sébastien César) Voyage de la corvette L'Astrolabe exécuté par ordr DUMONT D'URVILLE (Jules Sébastien César)

Voyage de la corvette L'Astrolabe exécuté par ordre du Roi, pendant les années 1826-1827-1828-1829 sous le commandement de M. J. Dumont d'Urville, capitaine de vaisseau. Publié par ordonnance de Sa Majesté. Paris, J. Tastu, 1830-1833. 12 volumes in-8 et 1 volume in-4 pour le texte, et 4 atlas in-folio: demi-veau bleu, dos lisses ornés de filets et palettes dorés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge (reliure moderne). Edition originale. Une mission scientifique de premier plan dans le Pacifique. L'objectif du voyage de L'Astrolabe - anciennement La Coquille, mais elle fut rebaptisée en souvenir de La Pérouse - était d'abord scientifique et se concentrait sur le Pacifique: Nouvelle-Guinée, Australie, Nouvelle-Zélande et îles du Pacifique. Il s'agissait aussi de retrouver la trace de La Pérouse dont on était sans nouvelles depuis 1788. L'expédition quitta Toulon le 25 avril 1826 et revint en France, près de trois ans plus tard, le 24 février 1829. Elle fit d'abord cap sur l'Australie, via Tenerife et les îles du Cap-Vert. L'Astrolabe se rendit ensuite en Nouvelle-Zélande, aux îles des Amis, îles Fidji, en Nouvelle Irlande, Nouvelle Guinée, Tasmanie puis, disposant de renseignements sur une possible trace de La Pérouse, fit route vers Vera Cruz plutôt que de retourner en Nouvelle-Zélande. A Vanikoro, Dumont d'Urville découvrit le lieu du naufrage de La Pérouse et s'en retourna alors en France via Batavia et les îles Maurice et Bourbon. « Les collections d'histoire naturelle rassemblées par les savants de L'Astrolabe sont considérables. Si l'on en croit Cuvier, qui dresse un bilan de l'expédition pour l'Académie des sciences, elles sont bien supérieures à celles de L'Uranie et de La Coquille. Mais le succès de la mission tient surtout à la qualité des observations scientifiques, voire politiques. Malgré son ampleur, la masse documentaire est rapidement inventoriée et la publication du voyage réalisée en (...) un temps record (...). L'éditeur est un des libraires en vue de la capitale française: J. Tastu » (Michel Schlup). L'illustration comprend 50 cartes et 526 planches, dont 271 finement coloriées à l'époque. Par ailleurs, le texte est orné de 17 planches lithographiées hors texte, 2 tableaux dépliants et quelques bois gravés dans le texte. L'Atlas hydrographique est d'une grande importance. « After Cook, d'Urville made perhaps the greatest contribution to the mapping of Australia and New Zealand » dit Tooley et ses cartes restèrent en usage pendant plus de 150 ans. De plus, il contribua à la cartographie des îles du Pacifique de manière définitive: « In the 1820s, Dumont d'Urville combined research and analysis of the human and natural worlds with his exploration, and it was he who proposed the threefold division of the region into Polynesia, Micronesia and Melanesia which still stands » (Peter Whitfield). Remarquable exemplaire en jolie reliure moderne. Il est quasiment complet; il n'y manque qu'une planche de poissons dans l'atlas de zoologie (planche 19). 14 planches sont plus courtes de marges. Restauration à la planche 90 de l'atlas historique. Dans l'atlas de botanique, deux planches sont tirées sur Chine appliqué et trois sont avant la lettre avec légendes manuscrites. La première porte un bon à tirer signé de la main de l'éditeur Tastu, daté de février 1832, pour « 350 en blanc, 66 en Chine ». Les deux autres portent un « bon à mettre la lettre » signé. La collection se compose de: - Histoire du voyage [par Dumont d'Urville], 1830-1833. 5 volumes in-8 - Botanique [par A. Lesson et A. Richard], 1832. In-8 - Philologie [par Dumont d'Urville], 1833. In-8 - Faune entomologique [par Boisduval], 1832. In-8 - Zoologie [par Quoy et Gaimard], 1830-1834. 4 volumes in-8 - Observations nautiques, météorologiques, hydrographiques et de physique, 1833-1834. In-4 - Atlas historique, 1833. 246 planches, dont 8 cartes - Atlas de botanique, 1833. 80 planches - Atlas de zoologie, 1833. 205 planches. Il manque la planche 19 des oiseaux - Atlas hydrographique, 1833. 45 planches, dont 42 cartes, et un tableau (Tooley, The Mapping of Australia, p. 65: « After Cook, d'Urville made perhaps the greatest contribution to the mapping of Australia and New Zealand. »- Whitfield, New Found Lands, Maps in the History of Exploration, 1998, p. 125.- Taillemite, Les Hommes qui ont fait la marine française, p. 244: « Les cartes dressées par les officiers présentaient une telle qualité qu'elles restèrent en usage jusqu'après la Seconde Guerre mondiale. »- Hill, nº 504.- Sabin, nº 21210: « Splendid work »). First edition and a superb set of the narrative of Dumont d'Urville's first expedition. « Its purpose was to gain additional information about the principal groups of islands in the Pacific and to augment the mass of scientific data acquired by Louis Duperrey. (...) Massive amounts of scientific materials were collected and published » (Hill). « After Cook, d'Urville made perhaps the greatest contribution to the mapping of Australia and New Zealand » (Tooley). Dumont d'Urville is also known for bringing the Venus of Milo, now in the Louvre museum, to France in 1819

Accès abonné
Tous les lots de la vente aux encheres
En savoir plus
Le résultat de ce lot