Odilon REDON LE LISEUR (RODOLPHE BRESDIN). 1892. Lithographie. Odilon REDON

LE LISEUR (RODOLPHE BRESDIN). 1892. Lithographie. 310 x 236. Mellerio 119. Très belle épreuve sur chine appliqué, signée à la mine de plomb. Au-dessus du sujet à gauche, en petites capitales, à la mine de plomb, possiblement de la main de l'artiste, la mention « ODILON REDON ». Petites rousseurs éparses et très légère oxydation du feuillet. Courte déchirure anciennement consolidée en pied au verso, atteignant la mention imprimée « 50 épreuves ». Quelques traces filiformes de frottement en surface. Bonnes marges. Voir la reproduction « Pourquoi, lui demandai-je un jour, l'avez-vous représenté lisant ? Parce que Bresdin était le plus grand liseur que j'aie connu. Un livre ouvert, il ne s'arrêtait qu'à la fin. L'aurore se lève, la chandelle s'éteint, il lit encore... Odilon Redon Lorsqu'Odilon Redon rend hommage à son maître, ce n'est pas le graveur penché sur sa table de travail qu'il choisit de représenter. En effet, Le Liseur montre, de profil, enfoncé dans un large fauteuil, un vieil homme aux allures de sage, en train de lire à la lumière que dispense une fenêtre. Face à lui, une table sur laquelle sont posés un reste de bougie qui brûle sur son chandelier et quelques volumes épars. Une autre pile d'ouvrages lus, abandonnés dans la pénombre du sol, disent eux aussi la densité de l'activité. Redon se serait inspiré des célèbres portraits de lecteurs que l'on rencontre dans l'oeuvre de Rembrandt. L'hommage est multiple: en plus de l'aura intellectuelle dont Redon entoure son maître et de la mise en valeur de la parenté artistique entre le maître hollandais et le sien propre, c'est l'une des facettes méconnues de Bresdin que l'élève veut pointer du doigt: celle de l'artiste lecteur. » France Kubler, « Rodolphe Bresdin, artiste lecteur: la source littéraire dans La Comédie de la Mort », article en ligne sur Biblia (www.vox-poetica.org.)

Accès abonné
Tous les lots de la vente aux encheres
En savoir plus
Le résultat de ce lot